Quand lire délivre...au sens propre ! Hugo de Groot.

August 12, 2019

Nous sommes en 1621. Aux Provinces-Unies, futurs Pays-Bas. La guerre de Quatre-Vingts ans, avec ses cris et ses combats, dresse la toile de fond de ce territoire affrontant l'Espagne.

 

Un homme, diplômé en droit, ancien gouverneur de Rotterdam, tourne en rond dans la forteresse de Loevestein. Hugo de Groot est emprisonné depuis trois ans pour avoir soutenu les Remonstrants favorables à la tolérance religieuse contre les calvinistes orthodoxes de Maurice Nassau.            Ce dernier, brillant militaire au service de la Hollande, compte s'approprier le pouvoir et élimine ses opposants l'un après l'autre.

Hugo de Groot a eu de la chance. Il est en vie. Mais les murs qui l'enferment deviennent insupportables. L'avocat a de grands projets, des livres fondateurs sur le droit des peuples à rédiger. Alors, il réfléchit. La tentation est grande.

Depuis son arrestation, le surnommé Grotius a obtenu un traitement de faveur : il peut recevoir de la lecture. Sa femme lui rend donc visite suivie d'une grande malle en bois contenant des livres. Le prisonnier fait ses recherches, épuise les ouvrages puis, il les remet au fond du bac grâce auquel ils étaient arrivés. Comme c'est profond là-dedans ! Vraiment, impressionnant ! Ce pourrait-il que … ? Non, trop risqué !

Mais à y penser davantage, quelle sera l'issue de cette vie ? Avoir brigué les diplômes, avoir servi son pays et, à cause de la tyrannie d'un militaire, demeurer ici jusqu'à finir six pieds sous terre ?

Cela suffit ! Hugo de Groot connaît le danger. Résolu, il attend la prochaine venue de Maria, il est prêt à tout tenter. Lorsque son épouse franchit la porte, Grotius lui fait part de son plan. Ils vaquent à leurs occupations pour ne point éveiller les soupçons jusqu'à ce que le prisonnier s'installe dans la malle à la place des livres à remporter. 

Les gardes n'y verront que du feu. Hugo de Groot passe sous leurs yeux, il s'est échappé ! Lorsque l'on vous dit que la lecture, c'est la liberté !

 

 Source

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload