La notion de temps chez les plus jeunes

September 19, 2018

Je constate actuellement, via mes activités et via les Chronilettres, que les plus jeunes enfants ne sont pas privés d'Histoire. Je veux dire par là que les parents n'attendent pas toujours que l'enfant soit en âge scolaire ou en classe de ce1 pour débuter l'approche de l'Histoire et de mon point de vue c'est, bien sûr, tant mieux. Il n'y a pas d'âge pour découvrir. Pourtant, cette approche n'est pas toujours aisée. Pourquoi ?

 

 

 

Parce qu'un très jeune enfant ne maîtrise pas l'écoulement du temps. Au moment où l'on compte encore les nuits en "dodos" afin d'évoquer une échéance à venir, comment expliquer que Cro-Magnon vivait il y a 40 000 ans ? C'est souvent à partir de ce constat, je pense, que l'on dit de l'Histoire (et de bien d'autres choses) que c'est trop compliqué pour l'enfant, que l'on va attendre qu'il grandisse…

Et, forcément, je trouve cela bien dommage. Premièrement, parce que l'Histoire ne se résume pas à des dates, des chronologies, qui ont tout le temps de s'inscrire dans le paysage d'un individu. L'Histoire est aussi une multitude de personnages à rencontrer, d'aventures à raconter, de sentiments humains à questionner et les plus jeunes sont tout à fait aptes à vivre ses émotions. Chacun à sa mesure prend ce dont il a besoin et la petite graine semée pourra plus tard s'accrocher à la branche de la frise historique.

 

D'autre part, de même que l'on peut approcher l'Histoire par les histoires et non par un quelconque ordre déjà connu de l'enfant, on peut aussi tenter d'approcher la notion de temps par des moyens concrets. Avec les plus jeunes, j'affectionne l'approche par les pas. On discute de cette fameuse notion de temps, si grand-père a le même âge que soi, s'il est né il y a longtemps, qu'est-ce que représente "maintenant" et on se met d'accord sur ce que peut représenter un pas. Les enfants adorent faire "des pas de géants", s'activer, alors un pas normal peut représenter tel laps de temps et le pas de géant que l'on s'efforce de faire sans tomber représenter beaucoup plus, par exemple mille ans. Pour remonter jusqu'à notre exemple de Cro-Magnon, il faudra faire quarante pas de géants, voilà qui permettra de se rendre compte au fur et à mesure. Avec un autre personnage, on ne fera pas autant de pas, on dira alors qu'il est plus proche de nous. Et ainsi de suite. L'important n'est pas ici de placer des centaines ou des milliers d'années. Juste "très longtemps", "pas trop longtemps"...

 

Avec des enfants ayant déjà cette notion ressentie dans leurs mouvements, on peut passer par un médium tactile. Le rouleau de papier par exemple. J'ai une préférence pour le rouleau d'essuie-tout dont les larges feuilles sont plus faciles à manipuler. De la même manière qu'avec les pas, on se met d'accord sur le laps de temps que représente une feuille. La notion de temps sera déjà plus précise qu'avec les pas. Et on remonte le temps en fonction de ce que l'on cherche ce jour-là. Le roi Soleil a vécu il y a combien de feuilles ? C'est loin de nous ? ...

 

 

Une autre pratique que j'affectionne est l'usage d'une corde en extérieur. En plus, avec une grosse bobine, les essais sont presque sans limite et avec plusieurs enfants cela devient vite très parlant (dans tous les sens du terme :-)). Un premier enfant se place au point de départ "aujourd'hui". Puis le personnage abordé ou les différentes histoires racontées sont placées sur le sol sous forme d'images (le portrait du personnage ou la couverture du livre des histoires) avec un espace plus ou moins important suivant leurs dates. Chaque enfant part du départ, la corde en main et relie la première image, puis la deuxième...jusqu'à la dernière. Il refait le trajet dans l'autre sens en marquant un arrêt à côté de chaque image. 

Ensuite, on peut placer un enfant à côté de chaque image. Les enfants essaient de se lancer une balle, de se parler, d'agir afin de se rendre compte de leur proximité ou non. Chacun essaiera plusieurs places. 

Les variations sont multiples, seul ou à plusieurs, afin d'ancrer la notion de temps dans son corps. 

 

La corde ainsi devenue fil de temps peut alors être manipulée à moindre échelle. On essaie de mettre tous les événements abordés par les enfants mais sur une longueur de corde qui puisse rentrer en intérieur. Ainsi, elle pourra prendre place autour d'une salle où chacun accrochera ses découvertes sous forme d'image. Se mettra en place la notion avant/après. 

Et alors, peut-être qu'ensuite, la frise naîtra.

 

Et vous, comment manipulez-vous le temps avec des enfants ?

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload