• Roseline Pendule

Mon livre et moi (émois)

Demain, j'ai l'enthousiasmante et lourde tâche de me présenter, ainsi que mon livre, en un temps limité devant des représentants. Je suis ravie, excitée, enjouée, galvanisée, bref, vous l'aurez compris, terrorisée. Car si je suis capable de demeurer mutique durant des heures dans un endroit qui me procure de la gène, je deviens vite intarissable sur les sujets qui me passionnent (et qui se révèlent assez nombreux). Alors, imaginez bien que parler du premier tome de Nellie et Phileas, détectives globe-trotters, pourrait me faire des heures. Qui doivent se réduire à quelques minutes ! Outre un résumé de l'ouvrage et la lecture d'un extrait s'il reste du temps (quelle utopie !), je suis censée évoquer mon parcours et la genèse du roman. Ce n'est que le début et ça se complique déjà !

Qui est Roseline Pendule ? Ah, vaste question qui, de manière philosophique, pourrait m'occuper durant les longues soirées d'hiver ! Or, mes soirées ne sont jamais longues et pour l'exercice que je dois remplir, le plus court sera le mieux. Oui mais...


J'ai mis des années à savoir qui j'étais. Comme beaucoup, je ne me suis pas levée un matin en me disant: "cool, moi, je suis écrivain !". Non. Je me suis d'abord passionnée pour des études longues et variées durant lesquelles j'étais contrainte de travailler pour gagner ma vie. Résultat, je me suis laissée happer par des métiers, des postes à responsabilité enrichissants, qui ne me correspondaient pas et je me suis perdue sur la route faussement sécurisante de la fiche de paie.

Peu à peu, j'ai regagné ma voie. En premier, en exerçant auprès des enfants puis, en renouant avec ma créativité pour organiser des ateliers culturels. Alors, j'ai retrouvé la nécessité de l'écriture qui m'habitait déjà lorsque j'étais enfant. Mais, je ne peux quand même pas dire à des commerciaux que tout a commencé avec un âne !


Alors, qui suis-je aujourd'hui ? (en espérant que je le reste jusqu'à demain)

Une lectrice compulsive, certes, une scribouilleuse maladive, d'accord, et une nana exaltée par ce défi de la présentation car je vais pouvoir expliquer à des inconnus à quel point la transmission compte pour moi.

Que Nellie et Phileas, mes jeunes personnages chéris, sont le fruit de toutes les années passées à transmettre et à recevoir. Recevoir les questions des enfants et adolescents que j'ai rencontrés alors qu'ils prônaient que l'histoire "ça sert à rien parce que c'est du passé" et qui se sont pris au jeu de la découverte des humains d'hier voire d'avant-avant-avant-hier.

Recevoir les questions pièges de jeunes gens si impliqués qu'ils inscrivaient, demandaient, que dis-je, réclamaient les détails croustillants de la vie privée des grands noms abordés ce jour-là en atelier.

De tous ces précieux moments, est née une petite Nellie, inspirée de la célèbre reporter américaine Nellie Bly, à hauteur des jeunes lecteurs : trépidante, forte, aventurière, comme eux.

Puis, j'y ajouterai un peu de mon moi-enfant qui n'a jamais oublié ses lectures de Jules Verne et qui se conjugue avec la pédagogue pour ne pas laisser les œuvres et les auteurs demeurer des figures figées sur du papier glacé de manuel scolaire. De là est apparu un Phileas Fogg de douze ans, engoncé dans son costume de gentleman mais prêt à en découdre avec une enquête à résoudre.


Oui, voilà ce que je dirai. Que ce livre est le mélange assaisonné de plusieurs facettes de mon vécu. Parce qu'il en est toujours ainsi avec ce que l'on écrit : on y sème des petits morceaux de soi.