• Roseline Pendule

5 bonnes raisons de connaître le programme scolaire de son enfant

Les vacances d'été passent peu à peu et la rentrée se profile à l'horizon. Empli d'incertitudes, ce moment est pourtant déterminant dans la vie familiale en remettant au goût du jour l'organisation annuelle, en passant un cap pour les nouveaux écoliers, collégiens ou lycéens. Il peut aussi être synonyme d'un changement d'ambiance. La complicité retrouvée en famille loin des cahiers et des devoirs risque de s'effriter face aux questions récurrentes, au partage limité ou mal orienté. Pour instaurer un meilleur climat autour de la table du dîner ou à la sortie de l'école, voici cinq bonnes raisons de connaître véritablement le programme scolaire de son enfant.

  1. Améliorer le dialogue avec son enfant

Chers parents, rassurez-vous, il ne s'agit pas ici de connaître par coeur chacune des leçons de l'année et de vous retrouver à effectuer le travail d'un enseignant. En revanche, maîtriser l'appellation des grands thèmes selon les matières pourraient bien changer le tour que prendront vos échanges en famille tout au long de l'année.


Il est en effet tout à fait normal qu'un parent souhaite interroger son enfant sur sa journée et sa progression. Et quand vient la fameuse question "qu'est-ce que tu as fait aujourd'hui ?", nombreux sont les parents bien intentionnés qui se heurtent à un mur ou à des vers à tirer du nez. Pourquoi ? Tout simplement parce que le Bambin ou l'Adolescent a déjà mis sa journée dans un coin de sa tête voire derrière lui. S'il n'est pas passionné par les apprentissages scolaires, il n'aura aucune envie de remettre le couvert en détaillant ses cours et ses activités. Alors, comment renverser la vapeur lors d'une discussion avec vos jeunes esprits râleurs ?


En changeant votre approche grâce à votre connaissance du programme scolaire. Oubliez les "qu'est-ce que tu as fait en français ?" trop vagues et suscitant une réponse trop longue. Optez en début d'année de 6eme pour "ta prof a choisi de commencer par les récits d'aventure ou l'argumentation ?"; en cours d'année de 4eme, visez "la Révolution française, c'est un sacré chapitre ! Tu as déjà parlé de Robespierre ? Non ? Alors de qui ?" et n'hésitez pas à échanger votre point de vue, vos souvenirs de certains thèmes. Vous êtes déjà passés par là, ne l'oubliez pas. Que vous n'ayez que peu de souvenirs ou des anecdotes sur un cours de chimie, faites-en un moyen de partage. Nul ne doute de votre investissement dans le suivi de la scolarité de votre enfant. Mais certaines paroles, plus précises, renforceront votre lien avec l'élève qui veut juste retrouver ses parents.


2. Se mettre en alerte sur les sujets abordés au cours de l'année


Ah, chers esprits dubitatifs et débordés, j'entends votre petite voix s'exclamer : "mais pourquoi devrais-je mémoriser les titres de chapitres alors que l'Enfant n'a qu'à me montrer ses manuels ?". Tout simplement qu'avec cet effort limité, vous allez ouvrir une porte extraordinaire, celle de l'anticipation.


Imaginez, vous avez été prévoyant, le petit dernier aura François 1er à rencontrer dans son année et, là, en plein mois d'août, vous passez à proximité des châteaux de la Loire. Inutile de se transformer en guide en insistant lourdement sur " on va visiter Chambord, tu vas voir, c'est bien et puis, de toute façon, il faut le faire, tu le verras cette année en classe". Si vous ne souhaitez pas être suivi par un petit visage renfrogné qui ne verra que l'école en plein milieu de son été, préférez le silence sage du parent-magicien qui sait mais ne dit rien. Profitez d'une belle journée en famille, prenez des photos, soyez naturels et ayez confiance : vous assurez ainsi un souvenir empli d'émotions qui ne manquera pas de ressurgir pendant la prochaine leçon.


Et, sans aller dans la surcharge d'un calendrier de visites, sélectionner quelques nouveaux livres attractifs pour la bibliothèque, regarder un documentaire à n'importe quel moment et offrir à l'enfant la possibilité d'être moins dépendant, passif, face à son programme à venir, sont des actions dont la valeur ajoutée est inestimable.


3. Étendre les connaissances de l'enfant naturellement

Autre avantage à maîtriser les grands thèmes de l'année scolaire et qui rejoint le point précédent, alimenter les savoirs de l'Enfant naturellement. Par naturellement, j'entends ici, de manière authentique, au sein de la vraie vie, sincère. Une fois les échanges améliorés, il devient plus facile de discuter d'un thème dans une ambiance apaisée.


Il est alors inutile d'attendre que l'Ado ait commencé son chapitre sur les chromosomes pour s'étendre un peu sur le sujet. Et connaître le programme est le seul moyen de valoriser ses topics autrement qu'entre les devoirs, la douche et le dîner avec la pression du contrôle qui vient tout gâcher.


4. Donner à l'enfant le moyen de se voir avancer


Connaître le programme scolaire de votre enfant, c'est aussi lui donner l'opportunité de voir son année, ses connaissances et ses efforts avancer. À demeurer sur des interrogations vagues, répétitives, cela n'a pour fonction que de vous renseigner très partiellement. L'enfant n'en tire rien ou alors un rabâchage supplémentaire, tout aussi flou que la dernière équation qu'il n'a pas comprise et qu'il se garde bien d'évoquer en votre présence.


Alors qu'en amenant les thèmes de l'année, l'enfant démotivé verra les leçons déjà effectuées. Il saura implicitement que vous êtes conscients de son travail puisque vous intervenez à propos sur les différents thèmes. Instaurez une complicité autour des chapitres les plus appréciés, les plus redoutés et soulignez le fait qu'ils ont été réalisés. Sans dénigrer l'institution scolaire, vous avez le droit d'être le complice des goûts de votre enfant. Il déteste l'anglais ? Eh bien, soit ! C'est son droit ! Si le but est de savoir se présenter dans la langue de Shakespeare, posez-lui une petite question de temps en temps et faites-lui remarquer le mot enfin mémorisé et à quel point avoir quelque chose dans la bouche donne une idée de la prononciation. Il n'y a que du concret qui peut motiver un enfant. En en étant conscient, vous faites un cadeau précieux à son estime et à sa confiance en lui.


5. Se rassurer en tant que parent


Bien sûr, tout cela a aussi pour but de vous rassurer et de remplir votre besoin de connaissance autour de l'univers de votre enfant. C'est bien normal ! Mais, avouez que vous y gagnerez sûrement en sachant précisément ce qu'il fait, plutôt que d'entendre "ouais, ça a été". L'ouverture à la discussion est un gage de partage pour toute la vie.


Scolairement parlant, il sera aussi plus simple de déceler les difficultés sans frôler le conflit. Une notion peu claire sera abordée dans la foulée et non après la sentence de la note. Si un chapitre semble insurmontable, ne ménagez pas vos coups de pouce concrets en employant du vocabulaire adéquat, en évoquant un exemple d'application dans la maison et ne dramatisez pas. Comme vous connaissez déjà l'appellation du chapitre suivant, vous êtes prêt à prendre les devants !